Portrait de ma mère adoptive, Pâquerette. Vue de l’installation




Portrait
de ma mère adoptive,
Pâquerette, 2006




« Le portrait de ma mère adoptive, Pâquerette, est à l’origine de la série Portrait(s). Marguerite Brochard, l’une de mes mères adoptives, que tout le monde appelait Pâquerette avait été religieuse, « petite sœur des pauvres ». Elle avait été obligée d’arrêter sa vocation, car trop fragile pour supporter la dureté de la vie au couvent. »

Photographie de Jean enfant,
recherche pour
Portrait de ma mère adoptive, Pâquerette
archive familiale, 1947  






Portrait de ma mère adoptive, Pâquerette,
détail de la matière du dessin au crayon
sur papier fine art, 2006

Le panneau central de ce triptyque est une photographie noir et blanc réalisée à la chambre 4x5, un portrait de Marguerite le jour de ses 90 ans.
Sa pose suggère une grande tendresse, mais aussi une omniprésence pesante.


Les deux panneaux latéraux sont des dessins produits au crayon par l’artiste, à partir d’une photographie d’enfance. La ressemblance, à première vue, semble flagrante, pourtant il s’agit bien de deux dessins que l’artiste a travaillé de deux manières distinctes, l’un plus minutieusement que l’autre.


Dans la finalité de l’œuvre, la double présence de l’artiste évoque la formation des idées. La naissance de sa force créatrice, à travers les volutes de pensées sortant de sa tête, lui permet de définir son identitée.






Portrait de ma mère adoptive, Pâquerette, détail des mains, 2006






Photographie de Pâquerette enfant,
recherche pour
Portrait de ma mère adoptive, Pâquerette
archive familiale,
début du XXème siècle 



Portrait de ma mère adoptive, Pâquerette
détail de la matière du dessin au crayon
sur papier fine art, 2006













︎ All rights reserved © Jean Larivière, 2021